BACALAR…

bacalar1.jpg
©Aude-tte – Lever de soleil à Lulu la Bruja

Je fait le trajet depuis Xalapa en Bus, il m’en faudra trois et quasi vingt-quatre heures de voyage. Ceux qui me connaissent savent que j’ai un gros faible pour les voyages en véhicule motorisé type autobus… Ici ils sont bien plus confortable que le Flixbus européen. Les sièges sont plus grands et plus douillets et vous avez le droit aux authentiques films d’autocar 🙂 Petit bémol : la clim, au cas ou vous auriez oublié ce que c’est d’avoir froid.

J’ai choisi le Workaway pour le mois de juillet (celui de mon anniversaire) à Lulu pour son cadre idyllique, la lagune de Bacalar vaut clairement le détour. 

La dernière expérience de volontariat en hotel que j’ai réalisé, une auberge de pèlerin sur le chemin de compostelle en novembre dernier, n’avait pas conquis mon âme artistique mais comme je ne reste pas sur une mauvaise expérience j’ai fait fît de tout et ai sauté les deux pieds joints à Lulu La Bruja !

bacalar5.jpg
©Aude-tte – Violetha ❤

A peine arrivée je fais la rencontre de Violetha, qui sera mon binôme de travail mais surtout ma soeur de coeur ici. Elle viens de Sonora, du nord du Mexique et est arrivée dans la région une paire de mois avant, avec son petit copain. Sa soeur travail à Merida et son autre soeur vie ici à Bacalar et travail de temps en temps à Lulu en temps que cuisinière. Pour se changer les idées après une déception amoureuse elle a souhaité tenter l’expérience de volontariat à Lulu.

Dans la foulée je rencontre également le réceptionniste Damian, un «pendejo» au grand coeur 😉 Sensible, généreux et l’âme artistique. Lulu la cuisinière qui lorsque vous la regardez vous viens cette petite expression « Oh nion, elle est trop mignonne »  Martha en charge de l’entretien, et Dolores qui est en charge de la gestion de tout ce petit monde,

bacalar3.jpg
©Aude-tte – Bacalar, Cenote Azul

Le travail est facile, aider cinq heures par jour au restaurant, mais les amplitudes horaires sont un peu rudes, nous dormons cinq a six heures par nuits tous les jours de la semaine du fait que nous n’avons pas notre espace privé. Nous avons un jour de repos, en réalité pas vraiment puisque le jour de repos de Violetha je me dois de travailler a sa place.  Je vous entends les travailleurs : « Non mais elle ne va pas se plaindre moi je me lève tous les matins à cette heure la je ne me plains pas, en plus dans un lieu pareil elle ne se rend pas compte de sa chance » 🙂 

Sauf que ce n’est pas en accord avec mon idée de volontariat, qui pour moi ne doit pas s’apparenter à un travail. Car pour ses heures de travail nous avions en échange un matelas sur une terrasse (que nous devions réarranger chaque matin afin de le mettre a disposition des clients) et le repas du midi.

A la fin de la première semaine Violetha émet l’idée de partir, ni une ni deux le chef nous « convoque » chacune personnellement. Car l’ambience était un peu lourde, un peu «1984», le boss voulait tout savoir et contrôler jusqu’à ses employés. «Qu’est ce que j’entends, vous voulez vous faire la malle? Le contrat c’est un mois.»

Le bon de cette discussion est que nous avons pu mettre à plats les désaccords concernant le volontariat. Je lui fait part de ma déception, mes constats sur les points négatifs de ce «contrat». Je vois que de son côté il n’y a pas de remise en question, «Si ça ne vous plaît pas ici c’est simple, samedi (le sur-lendemain) je peut faire venir deux autres volontaires pour vous remplacer.» Je fait profil bas, je verrai avec la Violetha le lendemain ce qu’elle en pense.

Nous décidons de rester voir ce que ça va donner, mais la fatigue et le manque d’espace privés aura raison de nous. Le samedi soir de la semaine suivante alors que Violetha fini son shift au milieu de la nuit nous prenons la décision spontanée de partir. Nous partirons le lendemain matin à 5h55 dans un taxi direction le studio de sa soeur Ambar.

bacalar6.jpg
©Aude-tte

Au final j’en garde un souvenir global positif de ce petit hôtel, il nous a permis de rencontrer de nouveau amis (oui Javier c’est à toi que je pense, mais aussi Ricardo, Charly, Allan, Esteban, Alberto, Laura… que je ne manquerais pas de visiter prochainement) et de profiter des levers de soleils enchanteurs au pied de la lagune. 

Mais surtout j’y ai rencontrer Violetha qui sera mon acolyte tout ce mois de juillet !

tulum3.jpg
©Aude-tte – Tulum

Après la fuite rocambolesque de la posada, je laisse mes affaires chez Ambar (la sœur de Violetha) et pars mon petit sac sur le dos direction Tulum !

J’avais prévu la semaine passé d’aller y faire du couchsurfing lors de mon jour de congé et Emilio m’y attendais donc le soir même.

Je prend le Mayab pour une petite heure et arrive au centre de la ville. De la je dois me rendre a Playa paraiso, ce qu’il faut savoir c’est que la ville de Tulum n’est pas en bord de plage sinon à quinze minutes en navette et en tant que touriste tout le monde veut vous faire payer plus cher. Je me rend à la station et demande au conducteur si il va a la plage, sa première réponse sera non et qu’il faut que je prenne un taxi HIN HIN Emilio m’avais prévenu j’insiste donc et entre dans le mini-van. Après quinze minutes de van et trente minutes à pied j’arrive finalement à la mer. Il est avec des amis, nous faisons connaissance sur cette plage de sable blanc avec le coucher de soleil en fond, idyllique n’est-ce pas?

Le lendemain je me rends chez Sebastiao, un autre couchsurfing, dans la zone hôtelière de Tulum, au bord de mer. J’arrive le matin, nous partons en vélo pour la réserve de Sian Ka’an, après une heure à pédaler sous le cagnard nous arrivons a un pont, ici une lagune se déverse dans la mer. Encore un petit effort, nous contournons un banc de sable et remontons la plage pour trouver un cocotier à notre goût. Seuls au monde ! Nous passerons la journée sur cette plage à discuter philosophie et nager.

tulum1.jpg
©Aude-tte – réserve Sian ka’an

Sebastio viens d’argentine, cela fait maintenant quinze ans qu’il est au Mexique dont deux a Tulum. Il réalise un genre de volontariat, contre quelques heures de maintenance dans un hôtel il bénéficie d’un appartement. L’hotel était auparavant une résidence d’artistes, maintenant la plupart des chambres sont louées mais des artistes sont encore invités et bénéficient de l’hébergement contre des oeuvres. Je peint une tortue dans sa salle de bain 🙂

Chaque soir nous partagerons notre repas avec Stuart un client de l’hotel, des amis de Sebastiao et le gardien de l’hotel d’en face.

2.jpg
©Aude-tte – Mural réalisé chez Sebastiao

Le lendemain c’est l’heure des adieux, je m’en vais voir les ruines de Tulum, mon plan est de longer la plage sur neuf kilomètres. Toute la plage est « privatisée », occupée par des hôtels luxueux. ça change de la plage déserte de la réserve de Sian Ka’an et me laisse une impression au goût amer.

Je visite les ruines bondées (mais mon super pouvoir me permet de sortir des photos ou il n’y a trace d’humanoide héhé. Le cadre est magnifique, les ruines en pierre blanche sont au bord de la mer caraïbe aux couleurs bleu turquoise. J’y passe la journée et le soir je rejoins Emilio (le premier couchsurfing si vous suivez 😉 ) chez lui en ville. J’ai le temps, j’y vais donc à pied. Au total cette journée j’aurais crapahuter seize kilomètres au soleil. Maintenant il est difficile de voir si je suis Mexicaine ou Européenne (laissez-moi rêver 😉 ).

Emilio travail pour une société en charge de la construction des futurs hôtels de luxe de Tulum. Ici contrairement à Cancun ou Playa del Carmen, les structures touristiques sont orientés haut de gamme et luxe, et les cahiers des charges de construction strictes afin de préserver l’écosystème, la nature des plages et jungles alentours. Il est originaire de Xalapa et est graphiste, mais aussi compositeur de psy-transe. Mais tout ça je vous le réserve pour un article « rencontre » héhé

Je reste finalement jusqu’au vendredi et peint une tête de loup (aux allures de raton laveur) sur le mur de son studio.

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Mural réalisé chez Emilio

Je rejoint Allan et Octavio pour le weekend à Playa del Carmen, pour la petite histoire j’ai rencontré Allan à Madrid en septembre dernier, dans une auberge alors que je commençais mon périple. Nous avions gardé contact et en mai je suis venue le voir à San Luis Potosi où il travaille. Nous nous étions alors donné rendez-vous à Playa pour fêter nos anniversaires communs. 🙂

Playa est une ville de consommation, hurlante, lumineuse, fourmillante, festive, agressive, vibrante, urbaine, étouffante, grouillante.. Comme vous pouvez le deviner je ne suis pas tombé sous amoureuse de ses charmes haha. Depuis un moment je préfère les campagnes et les villages paumés aux villes, la vieillesse peut être 😉

Après Playa je retrouve ma Violetha à Bacalar où nous logeons finalement chez son ami Ruty. Nous y resterons la semaine, le temps de préparer la suite et se ressourcer.

Après un détour par Mahahual nous nous rendons chez sa soeur Sol à Merida 🙂 

Sol et son colocataire et ami Jared gagne leur croûte en faisant du hula aux feux rouge. Également Sol réalise des bijoux artisaneaux qu’elle vends dans la rue. Tout ça aussi je vois le réserve pour un article « rencontre » hihi

J’y reste deux jours avant de partir pour de nouvelles aventures dans la jungle Maya 🙂

q.jpg
©Aude-tte – Mahahual

Ici mon quotidien me rassasie, chaque jour est différents du précédent, j’ai le sentiment d’accomplissement d’un travail, que ce soit des peintures murales, de dessins ou l’écriture de ce blog. Les rencontres avec des personnes de différentes cultures, âges, visions satisfont ma curiosité. Mon ennui est endormi. Et surtout je ressens un fort sentiment de liberté, je peux aller ou je souhaite, quand je le souhaite et comment je le souhaite (sachant que mon unique leitmotiv est de dépenser le minimum possible). Finalement je me rends compte que ce mode de vie est celui qui me convient le mieux, pour le moment, car le voyage possède ce pouvoir magique de vous faire évoluer chaque jour au gré des découvertes qu’il vous offre.

A bientôt pour de nouvelles aventure ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s