TAJUMULCO

©Aude-tte

Récit photo de ma visite au sommet du volcan Tajumulco sur Steller :

https://steller.co/s/7sVzPVPkFNm

©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
©Aude-tte
Publicités

RANCHO ESCUELA AGROSOL, LE RETOUR

rancho1.JPG

Chose promise chose dû ! Me voilà de retour au Rancho Escuela Agrosol pour quelques semaines 🙂 Et mon but principal reste inchangé : peindre ! Encore une fois je suis éblouie par le calme et la sérénité du lieu et de sa nature luxuriante.

Je retrouve quelques uns et en rencontre beaucoup d’autres. Cette fois-ci le ranch remplit son rôle d’école avec une dizaine d’étudiant(e)s et une poignée de volontaires. Autant dire qu’il y a beaucoup d’ambiance 🙂 La plupart des étudiants ont dix-huit ans et sont originaires de la région, leurs familles possèdent des ranchs et ils sont ici pour apprendre à cultiver, s’occuper des chèvres, cochons, moutons, vache, à cuisiner, à bricoler bref à tenir un ranch écologique et dans la mesure du possible auto-suffisant. Les volontaires viennent : soit de la plateforme workaway, ce mois-ci nous étions deux américains et un argentin dont leurs familles possèdent également un ranch et sont venus pour apprendre comment tenir un ranch; soit ce sont des étudiants en passe de rendre leurs thèses également sur le sujet de l’agriculture, deux viennent du Guatemala et deux du nord du Mexique. Bref un peu de tout est réuni à ce petit coin de paradis mais tous partagent le désir de produire des aliments sains, sans pesticides ni OGM, respectueux de l’environnement.

Il y a ici une certaine prise de conscience sur le fait que nos ressources à l’échelle planétaire sont en train de s’épuiser, et à l’échelle de Mexico il y a des signes révélateurs, par exemple les nappes phréatiques de la région sont en train de se vider ainsi que la région du Veracruz lance une campagne d’aide financière pour ceux qui mettent en place des mesures économe en eau (comme les toilettes sèches en autres).

gens1.jpg
Feu de bois en haut de l’altiplano

 

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Lucy la chèvre

Je me dédicace à la peinture de l’immense façade de la Aula, matin et après-midi tous les jours de la semaine. Chaque mercredi après-midi il y a tournoi de football sur l’altiplano et « pic-nic ». Je me découvre un talent de goal et la joie de réceptionner deux fois le ballon avec mon visage, heureusement mes lunettes en sortent indemnes haha

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Maiiis
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – La rivière qui traverse la Pitaya
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – La rivière qui traverse la Pitaya
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Le champs de café au sommet du rancho

Les week-ends nous sortons boire des coups avec les volontaires (car les étudiants sont mineurs) à Xalapa ou Coatepec. De bonnes tranches de rigolades en perspective. Ainsi que quelques ballades à la Pitaya ou à Xico, un « pueblo magico » à une vingtaine de minutes du ranch et qui abrite les cascades de Texolo. Je découvre également le Torito, boisson alcoolisée très sucrée à base d’alcool de canne à sucre délieuuuse 😀

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Visite des cascades de Texolo à Xico

Retrouvez plus d’informations sur le ranch sur leur page facebook sur leur site ou leur profil Workaway 🙂 

traitPeintures réalisées au Rancho Escuela Agrosl

À retrouver sur mon site aude-tte 🙂

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – L’énorme « Aula » pour laquelle je suis revenue
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – L’énorme « Aula » pour laquelle je suis revenue
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – L’énorme « Aula » pour laquelle je suis revenue
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – L’énorme « Aula » pour laquelle je suis revenue
2
©Aude-tte – Une poule
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Un tatou
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Encore
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – L’esprit oiseau qui protégeras votre âme au moment de vous délester
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Sur les murs des toilettes sèches
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – On ne peut pas être plus claire

HIERVE EL AGUA

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

traitRécit photo de ma visite à Hierve el Agua sur Steller :

https://steller.co/s/7Pb96JnFFuKtrait

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

EMILIO 

emilio.jpg
© Aude-tte

Je m’appelle Emilio Valderrama, graphiste de profession et musicien de cœur. Je suis né à Mexico la mégalopole il y a vingt-neuf ans, puis j’ai vécu et étudié à Xalapa la capitale de l’état de Veracruz. Je suis arrivé à Quintana Roo en janvier de cette année et me suis installé à Tulum en mars.
Je travaille en tant que graphiste pour une agence qui dessine et construit des immeubles de luxe, avec un concept très écologique.

D’autre part, de ce qu’il me reste de temps libre je travaille sur mon projet musical.
Combien de temps je pense être ici? En réalité je suis ouvert à tout, même si j’aimerai pouvoir travailler un temps aux Etats-Unies (si possible) et de là me rendre en Europe, car maintenant c’est le meilleur endroit où vivre la scène musicale psychédélique.
J’ai deux projets musicaux, un de psychédélique transe (« Psytranse« ) et un autre de style « Dark Ambient« .

J’ai commencé à jouer de la guitare à douze ans, j’ai été membre de quelques groupes de rock et de métal, plus tard je suis tombé dans le milieu de la musique électronique (pas la commerciale), j’y ai découvert la psytrance et commencé à produire depuis à peu près sept ans.
Mon projet Tlamanik a surgi il y a un peu plus de deux ans, au moment où je me suis senti prêt, avec les connaissances suffisantes et une qualité de son suffisante pour créer un projet que je pouvais donner à connaître, et produire sur scène. À ce jour j’ai produit trois EP’s sur trois disques distincts (« Pale blue dot », « Beyond physical cosmology » et « Conundrum of consciousness ») ainsi que plusieurs apparitions sur des compilations et albums d’autres producteurs (un total de douze apparitions) que vous pouvez trouver sur Beatport.

 

 

Pour moi, ce mouvement musical est plus qu’un style, c’est une manière de penser, c’est un style de vie, il porte un concept génial, profond, libérateur, qui transporte ton mental à des lieux inexplorés.

« Paix, Amour, Unité et Respect » sont les mots qui décrivent l’éthique et l’idéologie de ce genre musical qu’est la psytrance.

J’aime produire ma musique lors de festivals, et j’espère avoir l’opportunité de jouer beaucoup plus. Dans le futur j’espère pouvoir produire ma musique lors de grands festivals européens, laisser le graphisme et vivre de ma passion qu’est la production.

Chaque track possède un vrai sens (du moins pour moi) un concept, auquel je me laisse le temps de le définir clairement, je m’attache à ce que chaque track soit porteur de quelque chose d’intéressant, par exemple « Pale Blue Dot » est un hommage à la grande sagesse de l’astronome Carl Sagan, à sa façon de penser, le changement de perspective qu’il a donné à la science et qui l’a unie à la poésie.

Avec se développement d’atmosphères et de sons, qui vienne de l’acoustique, de l’analogue jusqu’au digital en vst et synthétiseurs. Je tente d’évoluer et de m’améliorer jour après jour.

Actuellement je suis en train de développer de nouveaux morceaux qui vont du mood « Morning » jusqu’au « Dark » et « Acid« , qui te transportent à des univers parallèles.
D’ici, de ce mood obscur (en tapant sur des barres métalliques) m’est venu l’idée et la nécessité de créer un projet qui explorerait cette atmosphère mais dans une phase plus lente, c’est comme cela qu’a surgit mon projet de « Dark Ambient« , duquel j’ai réalisé à peine quatre morceaux.

Je créer des coins froids, humides et emplit de tranquillité obscure pour les faire culminer jusqu’à une extase de terreur.
Au sein du genre psytrance, comme dans tout autre genre musical, il existe plusieurs styles, chacun s’adapte au différentes heures du jour, certains styles sont plus rapide, abstrait que d’autres. Le matin par exemple habituellement ce sont des sons plus mélodiques, dynamiques, avec des échantillons de voix, c’est plus digeste et avec une teinte plus joyeuse, une bonne dose pour se réanimer en after après une nuit à danser.

Comme celui-ci il existe d’autres styles comme le « Dark », « High-Tech », « Full on », « Progressive », « Future Prog » et d’autres encore.
Au Mexique la scène musicale est plutôt active, il y a de bons festivals. Dans la péninsule le mouvement n’est pas aussi actif que dans le centre du pays. Il y a plusieurs producteurs mexicains et de très bons, le Mexique possède une grande scène psytrance.

 

Retrouvez Tlamanik sur Beatport, SoundCloud et sur sa page Facebook.

🙂

trait

Palabras originales en español

 

Mi nombre es Emilio Valderrama, diseñador gráfico de profesión y músico de corazón. Nací en la ciudad de México hace 29 años, despues vivi y estudie en la ciudad de Xalapa, la capital del estado de Veracruz. Vine a Quintana Roo en Enero de este año y estoy viviendo en Tulum desde marzo.
Estoy trabajando como diseñador gráfico para una empresa que diseña y construye inmuebles de lujo, con un concepto bastante ecologico. Al mismo tiempo, en lo que resta de tiempo continuo con mi proyecto de Música.
¿Cuanto tiempo estare por aca? Realmente estoy abierto a cualquier cosa, no tengo establecido algo, aunque si me gustaria poder trabajar un tiempo en estados unidos (de ser posible) y de ahi mudarme a Europa, ya que es el mejor lugar para vivir para la escena psychedelic.

Tengo dos proyectos, uno de « Psychedelic Trance » (psytrance) y otro de « Dark Ambient ». Comencé a tocar la guitarra desde los 12 años, tuve algunas bandas de rock y de metal, más tarde me sumergí en el mundo de la música electronica (pero no la comercial), descubrí el psytrance y desde hace aproximadamente 7 años comencé a producirlo.

Mi proyecto Tlamanik como tal surgió hace poco mas de 2 años, era el punto en donde desde mi perspectiva ya contaba con los suficientes conocimientos y la suficiente calidad de sonido para crear un proyecto en forma que pudiera dar a conocer a la escena. En este momento tengo 3 EP´s con tres distintas disqueras (« Pale blue dot », « Beyond Physical Cosmology » y « Conundrum of Consciousness ») y varias apariciones en compilatorios y albumes (total de 12 apariciones) de otros productores los cuales puedes encontrar Beatport.

Para mi este tipo de música es más que un género, es una forma de pensar, es un estilo de vida, lleva un concepto muy chingon, profundo, liberador, que lleva a tu mente a lugares inexplorados.

« Peace, Love, Unity & Respect » son las palabras que describen el transfondo e ideologia de este genero. Me encanta tocar en festivales, y espero poder tocar en muchos más. En el futuro espero poder tocar en grandes festivales de Europa, dejar el diseño y vivir de mi más grande pasión que es la producción.

En cuanto al proceso… Bueno cada rola tiene mucho significado (al menos para mi) un concepto, el cual me lleva tiempo aterrizarlo y definirlo claramente, trato de que cada track sea pregnante y transmita algo interesante, por ejemplo « pale blue dot » es un tributo a la gran sabiduría del astrónomo Carl sagan, su forma de pensar y la perspectiva que brindo logro cambiar la ciencia y unió a la ciencia con la poesía.

Con esto desarrollo atmósferas y sonidos, que van de lo acústico, análogo hasta lo digital en vst y sintetizadores. Trato de evolucionar y mejorar día a día.

Actualmente estoy desarrollando nuevos tracks que van desde el morning (pero serio) hasta un « Dark » y « Acid » mood que te transporte a universos paralelos.
De aquí, de este mood oscuro (y tomando mis raíces metaleras) surge la idea y necesidad de crear un proyecto que explore estas atmósferas pero en una fase más lenta, así surge mi proyecto de dark ambient, del cual apenas tengo 4 tracks.
Recorro rincones fríos, húmedos y llenos de tranquilidad oscura que culminan en un extasis de terror.

Dentro del psytrance, así como en otros géneros musicales, existen varios estilos, cada uno se adapta a distintas horas del día, algunos estilos son más rápidos, abstractos que otros, el morning por ejemplo suele ser más melódico, dinámico, con samples de voces, es más digerible y con un tinte más alegre, una buena dosis para re animarte por la mañana después de bailar toda la noche. Y así existen otros estilos como « Dark », « High Tech », « Full On », « Progressive », « Future prog » y algunos más.

En México es bastante activa la escena, hay buenos festivales. En la península no es tan activa como el centro del país. hay varios productores mexicanos, y muy buenos, realmente México tiene una escena psytrance grande.

Tlamanik esta en Beatport, SoundCloud y Facebook

🙂

MONTE ALBAN

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

traitRécit photo de ma visite à Monte Alban sur Steller :

https://steller.co/s/7P2s6NxncjPtrait

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
EQFM1064
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
IYRU5725
© Aude-tte
QGQD3274
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
WNAW4062
© Aude-tte

SAN CRISTOBAL DE LAS CASAS

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

traitRécit photo de ma visite à San Cristobal de las Casas sur Steller :

https://steller.co/s/7MxFuKdjkP4trait

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

 

EVRG5122.jpg
©Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

 

RANCHO SAN JOSE

ranchosanjose2.jpg
©Aude-tte – Rancho San José

Ce mois d’août je l’ai vécu comme un rêve éveillé, riche en émotions et découvertes. Aussi j’ai eue opportunité de m’adonner à ma passion, peindre des murs en mangeant des biscuits ! Les jours ons défilés à vitesse grand V. Originalement j’avais prévu de ne rester que deux semaines, finalement j’y suis restée cinq, autant dire que oui, je m’y suis sentie comme chez moi.

. . .

Toute la semaine nous travaillons le matin à l’aube, la première semaine puis les jours pluvieux j’aidais aux travaux de la ferme.

J’ai participé avec mon acolyte allemande Sofia à la construction de « camas » : ici le sol est rocailleux ainsi que pour pouvoir cultiver la terre il faut préparer des « camas », soit délimiter un rectangle avec des grandes pierres et y verser du « boucachi » (caca de poulet et autres ingrédients) puis de la bonne terres qui vient du compost de plantes afin de pouvoir cultiver. Aussi j’ai aider à planter; récolter les commandes du jour; entretenir la serre..

Chaque midi la délicieuse nourriture de Doña Eva me procurait un « mal de puerco » sans faillir, soit un bidon bien rebondi idéal pour une sieste. L’après midi étant libre je la dédiait à peindre et dessiner. Généralement avec Marixa, Gonzalo et Anai les adorables enfants d’Anita et Max, guatémaltèques vivant au ranch.

Sous la palapa oú se promène Memo, Le frère du propriétaire atteint d’autisme et de skysophrenie passionné de pantalons (je lui en ai dessinée pas mal d’ailleurs) et de danse. Il venait et nous demandais de lui passer Boston, un groupe de musique rock , puis commençais à tourner sur lui même en faisant bouger ses bras en rythme, les yeux fermés, le visage racontant mille histoires joyeuses tant son expression irradiait de bonheur. Juste l’observer vous transmet cette plénitude 🙂

Et chaque soir le même rituel se met en place dans la cuisine, chaque soir un nouveau festin ! Les pains, gâteaux et biscuits de Belen, le chocolat de Santi, les légumes au fromage de Jorge, les thés de Mike, les sauces de Oli, a y repenser je bave. Le tout dans un brouillard de fumée (l’unique façon de faire fuir les moustiques) sur fond de musique électronique.

ranchosanjose.JPG
©Aude-tte – La casita verde ❤

Et pouf au lit ! Nous partageons tous les cinq une petite maison et dormions tous au même niveau. Certains sur un matelas gonflable (j’ai été une des heureuses élue), sur un matelas construit en superposant beaucoup de carton (également j’ai pu en profiter) ou à même le sol sur des couvertures. Depuis un moment je préfère la simplicité et avec cette bande la c’est un plaisir de la partager 🙂

Presque tous les week-ends nous partons en expéditions ! Cela aussi a participé à faire voler en éclat la notion du temps.

. . .

Kanxocgrotte.jpg
©Aude-tte – La vue sur la jungle de notre campement

Le premier weekend nous sommes allé camper dans une grotte sur un terrain proche du village de Kanxoc. Sur le chemin nous tombons sur Marcelino, un jeune du coin qui avait fait découvrir le terrain à Jorge quelques semaines auparavant. Il nous escorte avec son camarade en échange de bières. Car ce gars là à un problème avec l’alcool et une autre addition, il sniffait de la peinture en permanence. En tant l’européenne je leur tape dans l’œil et je me sens épiée de manière plutôt désagréable tout le long. Nous marchons vingt minutes sur un chemin de terre puis sautons une barrière, traversons un champ d’herbe haute et arrivons à l’entrée. Un gruyère, plusieurs trous dans la pierre et en contrebas un tunnel qui s’enfonce dans les profondeurs, notre destination. Nous l’empruntons, torches allumées car il y fait noir comme dans un four. Après quelque minutes nous apercevons de la lumière, la fin du périple. Devant nous notre lieu de campement, une grotte ouverte sur une jungle verdoyante, en fond sonore le chant des oiseaux et des chauves souris, comme si nous étions en dehors du temps. Nous montons la tente et armons le feu. De nouveau le rituel de la cuisine, spectacle total : son, lumière et saveur gustative. La panse pleine nous nous mettons à dormir, ou plutôt nous essayons car le Marcelino et son ami ne vont pas nous laisser dormir de la nuit.

kanxocgrotte4.jpg
©Aude-tte – Le campement

Dans la tente nous sommes étendus dans cet ordre Oli, Jorge, moi et Mike. Les deux autres rodent boivent des bières et sniffent leur peinture en dehors éclairant nos visages et demandant si nous dormons toute les 5/10 minutes. En réalité ils sont apeurés par la grotte, à la vue des lucioles « ce n’est pas normal ça, c’est les esprits mayas ». Car cette grotte représente dans les croyances mayas l’endroit où les âmes damnées reposent et elles en sortiraient chaque nuit. Il y avait ça mais aussi la partie moins exotique sinon du banal machisme car je pense qu’il n’éclairait pas nos visages pour rien, j’était entre deux garçons et il demandait à plusieurs reprises lequel était mon petit copain. À un moment, je ne sais plus à quelle heure avancée de la nuit nous leur proposons de nous rejoindre à l’intérieur, le Oli peut rassuré avait pris la décision de se poster dehors au cas où. Le marcelino entre et tente de se mettre entre Jorge et moi, rêve toujours, je le pousse, il ressort. L’autre parait plus calme et se poste gentiment entre le Jorge et la toile de tente, bien. Quelque temps plus tard je sens une main sur ma cuisse, je me secoue et réalise alors qu’il est assis. L’autre se réinstalle dans la tente. Encore plus tard de nouveau cette main et le fils de chien assis, ni une ni deux je me saisis de ma torche et lui éclaire la face tout en l’insultant. Il s’allonge, le Mike me couvre avec sa couverture le Jorge se rapproche de moi, enfin je peux être tranquille jusqu’au matin (en réalité trois heures puisque toute la nuit est déjà écoulée).

Sept heure le Marcelino « réveille » tout le monde, selon lui il faut partir, en réalité il veut de l’argent pour aller chercher des bières. Après « discussion », répétitions du même refus mille fois, ils finissent par partir et nous promettent de revenir un peu plus tard. Nous armons de nouveau un feu, petit déjeunons, nous remettons de nos émotions et commençons l’exploration de cette merveilleuse grotte. Armés de nos lampes torches nous en explorons chaques recoins dont une partie accroupis car la hauteur ne dépasse pas cinquante centimètres. Comme promis le Marcelino reviens mais à changer de compagnon, cette fois ci il est avec un gamin, nous préparons le repas du midi, des bons légumes du ranch. Après avoir remballé toutes nos affaires nous nous dirigeons à l’entrée de la grotte, il y trône une cenote qui n’est éclairer que quelques heures lorsque les rayons du soleil pénètrent par une cavité surplombant le trou d’eau. Nous posons la corde, car l’idée est évidement de s’y plonger une fois la lumière présente. 🙂 Et la lumière fut, un rai puissant, bien droit qui nous laisse entrevoir la profondeur de la cenote, j’en ai encore le vertige, plouf nous nous délectons de l’eau fraîche et pure. Rien de mieux pour se réveiller!

kanxocgrotte3.jpg
©Aude-tte – La cenote

Pendant que nous barbotons le soleil poursuit sa course et avec lui la lumière ce fait rare, il est l’heure. Marcelino nous propose de boire des bières chez lui, cette fois ci nous acceptons. Nous y rencontrons son père et un autre du même âge, j’ai l’impression de débarquer à un after, car les deux sont bien cuits. Ils nous parlent sans discontinuer, comme un disque rayé, radotent un peu beaucoup, nous offrent de la nourriture et nous invitent à acheter.. des bières. Quel spectacle, je ne pouvais n’empêcher de retenir un fou rire. Enfin plutôt le genre de situation où vous ne savez pas trop si vous devez rire ou pleurer. Nous y restons quelque temps avant de rentrer au bercail.

. . .

kanxocinframundo.jpg
©Aude-tte – Entrée de l’inframundo maya

Pour le second week-end nous nous rendons à Takbil Ja, un ensemble de douze cenotes entièrement habilitées pour accueillir des touristes par une communauté indigène maya. Un exemple car ce sont les seuls à avoir eue l’audace de faire ça 🙂 la plupart ne se rendent pas compte de la valeur de leurs terres et la revende à bas prix. Et en plus ils sont adorables! Nous nous rendons dans « l’inframundo maya », un complexe de plusieurs grottes, nous y passerons quatre heures! Il nous faudra même nager pour l’arpenter 😀 Revenir à la surface fut comme une nouvelle naissance, une sensation bien étrange. Nous ne sommes cependant pas au bout de nos surprises, la seconde étape et la où nous allons camper, est une cenote a ciel ouvert de 25 mètres de profondeur où nous allons descendre.. en rappel ! J’ai eu la chance de pouvoir le faire deux fois, une fois tranquillement, position assise et la seconde fois « El salto del aguilla » tête en bas les bras tendu et fiouuu 🙂

takbilja2.jpg
©Aude-tte – La cenote

Nos guides s’en vont, de nouveau nous préparons notre campement, la tente un feu de bois, le rituel de la bonne cuisine, le bon dodo. Nous nous levons à l’aube, je m’octroie un moment en seule à seule les pieds dans l’eau au fond de le cenote, un oiseau Toh m’observe depuis la paroi de la grotte, les poissons Lou me mangent la peau des pieds, tout est paisible. Puis mon estomac gronde, je remonte, nous mangeons et après trempette dans la cenote nous nous mettons en route pour les ruines de Coba! La visite se fera sous une pluie torrentielle, à peine une accalmie lorsque nous sommes au sommet de la pyramide 🙂 Repus et épuisé le week-end s’achève il est l’heure de rentrer.

coba.jpg
©Aude-tte – Coba

. . .

Le troisième week-end sera tout aussi rocambolesque! Le vendredi nous nous rendons dans un club a Playa del Carmen pour « danser » sur Audiofly. J’ai mis les parenthèses car le club étant bondé ce ne sera pas une mince affaire. Je m’aperçois que mes jambes n’ont pas oubliées comment bouger et les épuisent jusqu’au petit matin. Retour au ranch, nous grappillons quelques heures de sommeil avant de nous rendre à la deuxième partie du week-end, camper ! Nous allons cette fois-ci à Vallaloid en stop puis Kanxoc sur le terrain de la maman de Carlito un jeune agriculteur qui travail au ranch. De nouveau la nature paisible, un feu de camp, le pain de Belen, les bons légumes.. Je pourrais vivre les plaisirs simple d’un camp tous les jours 🙂

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – LA cenote
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – La cenote

Au clair de lune nous mangeons puis nous mettons à dormir. Le lendemain matin Carlito nous guide quarante minutes de marche à travers la jungle, sur le terrain de son oncle, à une cenote. Et quelle cenote!! On dirais qu’il y a une galaxie en son berceau. Elle dois faire trente mètres de profondeur. L’idée est d’y descendre en rappel. L’oncle va chercher une corde a noeud et en s’aidant des racines je pense pouvoir descendre. J’entame la descente, m’agrippant à la corde je cherche une prise avec mes pieds sur les racines, une, deux je suis deux mètres en bas. Et soudain je réalise que si je descends ces trente mètres je n’aurais jamais la force de remonter. Je reviens sur ma décision et entame la remontée. Même si je suis qu’à deux mètres c’est très difficile, il n’y a pas de prise et je suis obligée de forcer sur mes bras pour me hisser, je sens que les bras me lâchent, je respire fortement, tend la main, agrippe celle de Jorge, ma main est moite elle glisse, je respire calmement. Mes jambes ne font qu’un avec les racines, je suis bloquée, je ne panique pas, j’ai une confiance totale en Jorge, Santi, Belen et Carlito, je ne sais pas bien comment ils vont me sortir de là mais je sais qu’il ne m’y laisserons pas, je respire une nouvelle fois, lève la tête, dernière tentative, de ma main gauche je me hisse à la corde et de la droite j’agrippe la main de Jorge, une impulsion, Carlito m’attrape par l’épaule et tous me hisse. J’enserre le tronc, mes bras tombent, épuisés, vidés. Je respire pfiou. Il me faudra quelques minutes avant de pouvoir reprendre mes esprits et surtout mes bras 🙂 Personne d’autre n’est candidat à la descente, nous avons eue notre compte. Nous restons un moment autour à observer la mystérieuse et impétueuse nature. Puis c’est l’heure du retour, Carlito nous dit qu’il y a une cenote au centre du village et que nous pourrions nous y baigner. Pour ma part ce n’est pas de refus, après tous ces rebondissements je pus!

kanxoccenotevillage.jpg
©Aude-tte – La cenote du village de Kanxoc

L’entrée de la cenote est à côté du commissariat, c’est dimanche, celui ci est fermé, nous nous glissons à l’arrière du bâtiment, il y a un chemin abrupt qui descend vers un trou, une échelle, l’obscurité puis la lumière, la cenote est la. Chaque fois je suis surprise de la façon dont nous apparaissent les cenote, un peu comme des créatures sauvage elles se camouflent. Nous nous y baignons avant de reprendre encore une fois le chemin du retour.

. . .

Je crois que cet article parle de lui même, ce que j’ai trouvée ici est un trésor inestimable. Et l’aventure n’est pas finie puisque c’est décidé je reviendrais prochainement vivre au ranch, ou ailleurs d’ailleurs, avec cette bande là : Jorge, Mike, Santi et Belen! ❤️Merci ❤️

 

Retrouvez plus d’informations sur le ranch sur leur page facebook ou leur profil Workaway 🙂 traitPeintures réalisées au Rancho San José

À retrouver sur mon site aude-tte 🙂 

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Dans la cuisine
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Sur la façade extérieure des toilettes
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Sur la façade extérieure des toilettes
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – La casita verde
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Encore un oiseau?!
gallofini2.jpg
©Aude-tte – Et oui 🙂