SAN CRISTOBAL DE LAS CASAS

Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte

traitRécit photo de ma visite à San Cristobal de las Casas sur Steller :

https://steller.co/s/7MxFuKdjkP4trait

Ce diaporama nécessite JavaScript.

RANCHO SAN JOSE

ranchosanjose2.jpg
©Aude-tte – Rancho San José

Ce mois d’août je l’ai vécu comme un rêve éveillé, riche en émotions et découvertes. Aussi j’ai eue opportunité de m’adonner à ma passion, peindre des murs en mangeant des biscuits ! Les jours ons défilés à vitesse grand V. Originalement j’avais prévu de ne rester que deux semaines, finalement j’y suis restée cinq, autant dire que oui, je m’y suis sentie comme chez moi.

. . .

Toute la semaine nous travaillons le matin à l’aube, la première semaine puis les jours pluvieux j’aidais aux travaux de la ferme.

J’ai participé avec mon acolyte allemande Sofia à la construction de « camas » : ici le sol est rocailleux ainsi que pour pouvoir cultiver la terre il faut préparer des « camas », soit délimiter un rectangle avec des grandes pierres et y verser du « boucachi » (caca de poulet et autres ingrédients) puis de la bonne terres qui vient du compost de plantes afin de pouvoir cultiver. Aussi j’ai aider à planter; récolter les commandes du jour; entretenir la serre..

Chaque midi la délicieuse nourriture de Doña Eva me procurait un « mal de puerco » sans faillir, soit un bidon bien rebondi idéal pour une sieste. L’après midi étant libre je la dédiait à peindre et dessiner. Généralement avec Marixa, Gonzalo et Anai les adorables enfants d’Anita et Max, guatémaltèques vivant au ranch.

Sous la palapa oú se promène Memo, Le frère du propriétaire atteint d’autisme et de skysophrenie passionné de pantalons (je lui en ai dessinée pas mal d’ailleurs) et de danse. Il venait et nous demandais de lui passer Boston, un groupe de musique rock , puis commençais à tourner sur lui même en faisant bouger ses bras en rythme, les yeux fermés, le visage racontant mille histoires joyeuses tant son expression irradiait de bonheur. Juste l’observer vous transmet cette plénitude 🙂

Et chaque soir le même rituel se met en place dans la cuisine, chaque soir un nouveau festin ! Les pains, gâteaux et biscuits de Belen, le chocolat de Santi, les légumes au fromage de Jorge, les thés de Mike, les sauces de Oli, a y repenser je bave. Le tout dans un brouillard de fumée (l’unique façon de faire fuir les moustiques) sur fond de musique électronique.

ranchosanjose.JPG
©Aude-tte – La casita verde ❤

Et pouf au lit ! Nous partageons tous les cinq une petite maison et dormions tous au même niveau. Certains sur un matelas gonflable (j’ai été une des heureuses élue), sur un matelas construit en superposant beaucoup de carton (également j’ai pu en profiter) ou à même le sol sur des couvertures. Depuis un moment je préfère la simplicité et avec cette bande la c’est un plaisir de la partager 🙂

Presque tous les week-ends nous partons en expéditions ! Cela aussi a participé à faire voler en éclat la notion du temps.

. . .

Kanxocgrotte.jpg
©Aude-tte – La vue sur la jungle de notre campement

Le premier weekend nous sommes allé camper dans une grotte sur un terrain proche du village de Kanxoc. Sur le chemin nous tombons sur Marcelino, un jeune du coin qui avait fait découvrir le terrain à Jorge quelques semaines auparavant. Il nous escorte avec son camarade en échange de bières. Car ce gars là à un problème avec l’alcool et une autre addition, il sniffait de la peinture en permanence. En tant l’européenne je leur tape dans l’œil et je me sens épiée de manière plutôt désagréable tout le long. Nous marchons vingt minutes sur un chemin de terre puis sautons une barrière, traversons un champ d’herbe haute et arrivons à l’entrée. Un gruyère, plusieurs trous dans la pierre et en contrebas un tunnel qui s’enfonce dans les profondeurs, notre destination. Nous l’empruntons, torches allumées car il y fait noir comme dans un four. Après quelque minutes nous apercevons de la lumière, la fin du périple. Devant nous notre lieu de campement, une grotte ouverte sur une jungle verdoyante, en fond sonore le chant des oiseaux et des chauves souris, comme si nous étions en dehors du temps. Nous montons la tente et armons le feu. De nouveau le rituel de la cuisine, spectacle total : son, lumière et saveur gustative. La panse pleine nous nous mettons à dormir, ou plutôt nous essayons car le Marcelino et son ami ne vont pas nous laisser dormir de la nuit.

kanxocgrotte4.jpg
©Aude-tte – Le campement

Dans la tente nous sommes étendus dans cet ordre Oli, Jorge, moi et Mike. Les deux autres rodent boivent des bières et sniffent leur peinture en dehors éclairant nos visages et demandant si nous dormons toute les 5/10 minutes. En réalité ils sont apeurés par la grotte, à la vue des lucioles « ce n’est pas normal ça, c’est les esprits mayas ». Car cette grotte représente dans les croyances mayas l’endroit où les âmes damnées reposent et elles en sortiraient chaque nuit. Il y avait ça mais aussi la partie moins exotique sinon du banal machisme car je pense qu’il n’éclairait pas nos visages pour rien, j’était entre deux garçons et il demandait à plusieurs reprises lequel était mon petit copain. À un moment, je ne sais plus à quelle heure avancée de la nuit nous leur proposons de nous rejoindre à l’intérieur, le Oli peut rassuré avait pris la décision de se poster dehors au cas où. Le marcelino entre et tente de se mettre entre Jorge et moi, rêve toujours, je le pousse, il ressort. L’autre parait plus calme et se poste gentiment entre le Jorge et la toile de tente, bien. Quelque temps plus tard je sens une main sur ma cuisse, je me secoue et réalise alors qu’il est assis. L’autre se réinstalle dans la tente. Encore plus tard de nouveau cette main et le fils de chien assis, ni une ni deux je me saisis de ma torche et lui éclaire la face tout en l’insultant. Il s’allonge, le Mike me couvre avec sa couverture le Jorge se rapproche de moi, enfin je peux être tranquille jusqu’au matin (en réalité trois heures puisque toute la nuit est déjà écoulée).

Sept heure le Marcelino « réveille » tout le monde, selon lui il faut partir, en réalité il veut de l’argent pour aller chercher des bières. Après « discussion », répétitions du même refus mille fois, ils finissent par partir et nous promettent de revenir un peu plus tard. Nous armons de nouveau un feu, petit déjeunons, nous remettons de nos émotions et commençons l’exploration de cette merveilleuse grotte. Armés de nos lampes torches nous en explorons chaques recoins dont une partie accroupis car la hauteur ne dépasse pas cinquante centimètres. Comme promis le Marcelino reviens mais à changer de compagnon, cette fois ci il est avec un gamin, nous préparons le repas du midi, des bons légumes du ranch. Après avoir remballé toutes nos affaires nous nous dirigeons à l’entrée de la grotte, il y trône une cenote qui n’est éclairer que quelques heures lorsque les rayons du soleil pénètrent par une cavité surplombant le trou d’eau. Nous posons la corde, car l’idée est évidement de s’y plonger une fois la lumière présente. 🙂 Et la lumière fut, un rai puissant, bien droit qui nous laisse entrevoir la profondeur de la cenote, j’en ai encore le vertige, plouf nous nous délectons de l’eau fraîche et pure. Rien de mieux pour se réveiller!

kanxocgrotte3.jpg
©Aude-tte – La cenote

Pendant que nous barbotons le soleil poursuit sa course et avec lui la lumière ce fait rare, il est l’heure. Marcelino nous propose de boire des bières chez lui, cette fois ci nous acceptons. Nous y rencontrons son père et un autre du même âge, j’ai l’impression de débarquer à un after, car les deux sont bien cuits. Ils nous parlent sans discontinuer, comme un disque rayé, radotent un peu beaucoup, nous offrent de la nourriture et nous invitent à acheter.. des bières. Quel spectacle, je ne pouvais n’empêcher de retenir un fou rire. Enfin plutôt le genre de situation où vous ne savez pas trop si vous devez rire ou pleurer. Nous y restons quelque temps avant de rentrer au bercail.

. . .

kanxocinframundo.jpg
©Aude-tte – Entrée de l’inframundo maya

Pour le second week-end nous nous rendons à Takbil Ja, un ensemble de douze cenotes entièrement habilitées pour accueillir des touristes par une communauté indigène maya. Un exemple car ce sont les seuls à avoir eue l’audace de faire ça 🙂 la plupart ne se rendent pas compte de la valeur de leurs terres et la revende à bas prix. Et en plus ils sont adorables! Nous nous rendons dans « l’inframundo maya », un complexe de plusieurs grottes, nous y passerons quatre heures! Il nous faudra même nager pour l’arpenter 😀 Revenir à la surface fut comme une nouvelle naissance, une sensation bien étrange. Nous ne sommes cependant pas au bout de nos surprises, la seconde étape et la où nous allons camper, est une cenote a ciel ouvert de 25 mètres de profondeur où nous allons descendre.. en rappel ! J’ai eu la chance de pouvoir le faire deux fois, une fois tranquillement, position assise et la seconde fois « El salto del aguilla » tête en bas les bras tendu et fiouuu 🙂

takbilja2.jpg
©Aude-tte – La cenote

Nos guides s’en vont, de nouveau nous préparons notre campement, la tente un feu de bois, le rituel de la bonne cuisine, le bon dodo. Nous nous levons à l’aube, je m’octroie un moment en seule à seule les pieds dans l’eau au fond de le cenote, un oiseau Toh m’observe depuis la paroi de la grotte, les poissons Lou me mangent la peau des pieds, tout est paisible. Puis mon estomac gronde, je remonte, nous mangeons et après trempette dans la cenote nous nous mettons en route pour les ruines de Coba! La visite se fera sous une pluie torrentielle, à peine une accalmie lorsque nous sommes au sommet de la pyramide 🙂 Repus et épuisé le week-end s’achève il est l’heure de rentrer.

coba.jpg
©Aude-tte – Coba

. . .

Le troisième week-end sera tout aussi rocambolesque! Le vendredi nous nous rendons dans un club a Playa del Carmen pour « danser » sur Audiofly. J’ai mis les parenthèses car le club étant bondé ce ne sera pas une mince affaire. Je m’aperçois que mes jambes n’ont pas oubliées comment bouger et les épuisent jusqu’au petit matin. Retour au ranch, nous grappillons quelques heures de sommeil avant de nous rendre à la deuxième partie du week-end, camper ! Nous allons cette fois-ci à Vallaloid en stop puis Kanxoc sur le terrain de la maman de Carlito un jeune agriculteur qui travail au ranch. De nouveau la nature paisible, un feu de camp, le pain de Belen, les bons légumes.. Je pourrais vivre les plaisirs simple d’un camp tous les jours 🙂

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – LA cenote
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – La cenote

Au clair de lune nous mangeons puis nous mettons à dormir. Le lendemain matin Carlito nous guide quarante minutes de marche à travers la jungle, sur le terrain de son oncle, à une cenote. Et quelle cenote!! On dirais qu’il y a une galaxie en son berceau. Elle dois faire trente mètres de profondeur. L’idée est d’y descendre en rappel. L’oncle va chercher une corde a noeud et en s’aidant des racines je pense pouvoir descendre. J’entame la descente, m’agrippant à la corde je cherche une prise avec mes pieds sur les racines, une, deux je suis deux mètres en bas. Et soudain je réalise que si je descends ces trente mètres je n’aurais jamais la force de remonter. Je reviens sur ma décision et entame la remontée. Même si je suis qu’à deux mètres c’est très difficile, il n’y a pas de prise et je suis obligée de forcer sur mes bras pour me hisser, je sens que les bras me lâchent, je respire fortement, tend la main, agrippe celle de Jorge, ma main est moite elle glisse, je respire calmement. Mes jambes ne font qu’un avec les racines, je suis bloquée, je ne panique pas, j’ai une confiance totale en Jorge, Santi, Belen et Carlito, je ne sais pas bien comment ils vont me sortir de là mais je sais qu’il ne m’y laisserons pas, je respire une nouvelle fois, lève la tête, dernière tentative, de ma main gauche je me hisse à la corde et de la droite j’agrippe la main de Jorge, une impulsion, Carlito m’attrape par l’épaule et tous me hisse. J’enserre le tronc, mes bras tombent, épuisés, vidés. Je respire pfiou. Il me faudra quelques minutes avant de pouvoir reprendre mes esprits et surtout mes bras 🙂 Personne d’autre n’est candidat à la descente, nous avons eue notre compte. Nous restons un moment autour à observer la mystérieuse et impétueuse nature. Puis c’est l’heure du retour, Carlito nous dit qu’il y a une cenote au centre du village et que nous pourrions nous y baigner. Pour ma part ce n’est pas de refus, après tous ces rebondissements je pus!

kanxoccenotevillage.jpg
©Aude-tte – La cenote du village de Kanxoc

L’entrée de la cenote est à côté du commissariat, c’est dimanche, celui ci est fermé, nous nous glissons à l’arrière du bâtiment, il y a un chemin abrupt qui descend vers un trou, une échelle, l’obscurité puis la lumière, la cenote est la. Chaque fois je suis surprise de la façon dont nous apparaissent les cenote, un peu comme des créatures sauvage elles se camouflent. Nous nous y baignons avant de reprendre encore une fois le chemin du retour.

. . .

Je crois que cet article parle de lui même, ce que j’ai trouvée ici est un trésor inestimable. Et l’aventure n’est pas finie puisque c’est décidé je reviendrais prochainement vivre au ranch, ou ailleurs d’ailleurs, avec cette bande là : Jorge, Mike, Santi et Belen! ❤️Merci ❤️

Retrouvez plus d’informations sur le ranch sur leur page facebook ou leur profil Workaway 🙂

trait
Peintures réalisées au Rancho San José

À retrouver sur mon site aude-tte 🙂

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Dans la cuisine
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Sur la façade extérieure des toilettes
Processed with VSCO with m5 preset
© Aude-tte – Sur la façade extérieure des toilettes
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – La casita verde
Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Encore un oiseau?!
gallofini2.jpg
©Aude-tte – Et oui 🙂

BACALAR…

bacalar1.jpg
©Aude-tte – Lever de soleil à Lulu la Bruja

Je fait le trajet depuis Xalapa en Bus, il m’en faudra trois et quasi vingt-quatre heures de voyage. Ceux qui me connaissent savent que j’ai un gros faible pour les voyages en véhicule motorisé type autobus… Ici ils sont bien plus confortable que le Flixbus européen. Les sièges sont plus grands et plus douillets et vous avez le droit aux authentiques films d’autocar 🙂 Petit bémol : la clim, au cas ou vous auriez oublié ce que c’est d’avoir froid.

J’ai choisi le Workaway pour le mois de juillet (celui de mon anniversaire) à Lulu pour son cadre idyllique, la lagune de Bacalar vaut clairement le détour. 

La dernière expérience de volontariat en hotel que j’ai réalisé, une auberge de pèlerin sur le chemin de compostelle en novembre dernier, n’avait pas conquis mon âme artistique mais comme je ne reste pas sur une mauvaise expérience j’ai fait fît de tout et ai sauté les deux pieds joints à Lulu La Bruja !

bacalar5.jpg
©Aude-tte – Violetha ❤

A peine arrivée je fais la rencontre de Violetha, qui sera mon binôme de travail mais surtout ma soeur de coeur ici. Elle viens de Sonora, du nord du Mexique et est arrivée dans la région une paire de mois avant, avec son petit copain. Sa soeur travail à Merida et son autre soeur vie ici à Bacalar et travail de temps en temps à Lulu en temps que cuisinière. Pour se changer les idées après une déception amoureuse elle a souhaité tenter l’expérience de volontariat à Lulu.

Dans la foulée je rencontre également le réceptionniste Damian, un «pendejo» au grand coeur 😉 Sensible, généreux et l’âme artistique. Lulu la cuisinière qui lorsque vous la regardez vous viens cette petite expression « Oh nion, elle est trop mignonne »  Martha en charge de l’entretien, et Dolores qui est en charge de la gestion de tout ce petit monde,

bacalar3.jpg
©Aude-tte – Bacalar, Cenote Azul

Le travail est facile, aider cinq heures par jour au restaurant, mais les amplitudes horaires sont un peu rudes, nous dormons cinq a six heures par nuits tous les jours de la semaine du fait que nous n’avons pas notre espace privé. Nous avons un jour de repos, en réalité pas vraiment puisque le jour de repos de Violetha je me dois de travailler a sa place.  Je vous entends les travailleurs : « Non mais elle ne va pas se plaindre moi je me lève tous les matins à cette heure la je ne me plains pas, en plus dans un lieu pareil elle ne se rend pas compte de sa chance » 🙂 

Sauf que ce n’est pas en accord avec mon idée de volontariat, qui pour moi ne doit pas s’apparenter à un travail. Car pour ses heures de travail nous avions en échange un matelas sur une terrasse (que nous devions réarranger chaque matin afin de le mettre a disposition des clients) et le repas du midi.

A la fin de la première semaine Violetha émet l’idée de partir, ni une ni deux le chef nous « convoque » chacune personnellement. Car l’ambience était un peu lourde, un peu «1984», le boss voulait tout savoir et contrôler jusqu’à ses employés. «Qu’est ce que j’entends, vous voulez vous faire la malle? Le contrat c’est un mois.»

Le bon de cette discussion est que nous avons pu mettre à plats les désaccords concernant le volontariat. Je lui fait part de ma déception, mes constats sur les points négatifs de ce «contrat». Je vois que de son côté il n’y a pas de remise en question, «Si ça ne vous plaît pas ici c’est simple, samedi (le sur-lendemain) je peut faire venir deux autres volontaires pour vous remplacer.» Je fait profil bas, je verrai avec la Violetha le lendemain ce qu’elle en pense.

Nous décidons de rester voir ce que ça va donner, mais la fatigue et le manque d’espace privés aura raison de nous. Le samedi soir de la semaine suivante alors que Violetha fini son shift au milieu de la nuit nous prenons la décision spontanée de partir. Nous partirons le lendemain matin à 5h55 dans un taxi direction le studio de sa soeur Ambar.

bacalar6.jpg
©Aude-tte

Au final j’en garde un souvenir global positif de ce petit hôtel, il nous a permis de rencontrer de nouveau amis (oui Javier c’est à toi que je pense, mais aussi Ricardo, Charly, Allan, Esteban, Alberto, Laura… que je ne manquerais pas de visiter prochainement) et de profiter des levers de soleils enchanteurs au pied de la lagune. 

Mais surtout j’y ai rencontrer Violetha qui sera mon acolyte tout ce mois de juillet !

tulum3.jpg
©Aude-tte – Tulum

Après la fuite rocambolesque de la posada, je laisse mes affaires chez Ambar (la sœur de Violetha) et pars mon petit sac sur le dos direction Tulum !

J’avais prévu la semaine passé d’aller y faire du couchsurfing lors de mon jour de congé et Emilio m’y attendais donc le soir même.

Je prend le Mayab pour une petite heure et arrive au centre de la ville. De la je dois me rendre a Playa paraiso, ce qu’il faut savoir c’est que la ville de Tulum n’est pas en bord de plage sinon à quinze minutes en navette et en tant que touriste tout le monde veut vous faire payer plus cher. Je me rend à la station et demande au conducteur si il va a la plage, sa première réponse sera non et qu’il faut que je prenne un taxi HIN HIN Emilio m’avais prévenu j’insiste donc et entre dans le mini-van. Après quinze minutes de van et trente minutes à pied j’arrive finalement à la mer. Il est avec des amis, nous faisons connaissance sur cette plage de sable blanc avec le coucher de soleil en fond, idyllique n’est-ce pas?

Le lendemain je me rends chez Sebastiao, un autre couchsurfing, dans la zone hôtelière de Tulum, au bord de mer. J’arrive le matin, nous partons en vélo pour la réserve de Sian Ka’an, après une heure à pédaler sous le cagnard nous arrivons a un pont, ici une lagune se déverse dans la mer. Encore un petit effort, nous contournons un banc de sable et remontons la plage pour trouver un cocotier à notre goût. Seuls au monde ! Nous passerons la journée sur cette plage à discuter philosophie et nager.

tulum1.jpg
©Aude-tte – réserve Sian ka’an

Sebastio viens d’argentine, cela fait maintenant quinze ans qu’il est au Mexique dont deux a Tulum. Il réalise un genre de volontariat, contre quelques heures de maintenance dans un hôtel il bénéficie d’un appartement. L’hotel était auparavant une résidence d’artistes, maintenant la plupart des chambres sont louées mais des artistes sont encore invités et bénéficient de l’hébergement contre des oeuvres. Je peint une tortue dans sa salle de bain 🙂

Chaque soir nous partagerons notre repas avec Stuart un client de l’hotel, des amis de Sebastiao et le gardien de l’hotel d’en face.

2.jpg
©Aude-tte – Mural réalisé chez Sebastiao

Le lendemain c’est l’heure des adieux, je m’en vais voir les ruines de Tulum, mon plan est de longer la plage sur neuf kilomètres. Toute la plage est « privatisée », occupée par des hôtels luxueux. ça change de la plage déserte de la réserve de Sian Ka’an et me laisse une impression au goût amer.

Je visite les ruines bondées (mais mon super pouvoir me permet de sortir des photos ou il n’y a trace d’humanoide héhé. Le cadre est magnifique, les ruines en pierre blanche sont au bord de la mer caraïbe aux couleurs bleu turquoise. J’y passe la journée et le soir je rejoins Emilio (le premier couchsurfing si vous suivez 😉 ) chez lui en ville. J’ai le temps, j’y vais donc à pied. Au total cette journée j’aurais crapahuter seize kilomètres au soleil. Maintenant il est difficile de voir si je suis Mexicaine ou Européenne (laissez-moi rêver 😉 ).

Emilio travail pour une société en charge de la construction des futurs hôtels de luxe de Tulum. Ici contrairement à Cancun ou Playa del Carmen, les structures touristiques sont orientés haut de gamme et luxe, et les cahiers des charges de construction strictes afin de préserver l’écosystème, la nature des plages et jungles alentours. Il est originaire de Xalapa et est graphiste, mais aussi compositeur de psy-transe. Mais tout ça je vous le réserve pour un article « rencontre » héhé

Je reste finalement jusqu’au vendredi et peint une tête de loup (aux allures de raton laveur) sur le mur de son studio.

Processed with VSCO with m5 preset
©Aude-tte – Mural réalisé chez Emilio

Je rejoint Allan et Octavio pour le weekend à Playa del Carmen, pour la petite histoire j’ai rencontré Allan à Madrid en septembre dernier, dans une auberge alors que je commençais mon périple. Nous avions gardé contact et en mai je suis venue le voir à San Luis Potosi où il travaille. Nous nous étions alors donné rendez-vous à Playa pour fêter nos anniversaires communs. 🙂

Playa est une ville de consommation, hurlante, lumineuse, fourmillante, festive, agressive, vibrante, urbaine, étouffante, grouillante.. Comme vous pouvez le deviner je ne suis pas tombé sous amoureuse de ses charmes haha. Depuis un moment je préfère les campagnes et les villages paumés aux villes, la vieillesse peut être 😉

Après Playa je retrouve ma Violetha à Bacalar où nous logeons finalement chez son ami Ruty. Nous y resterons la semaine, le temps de préparer la suite et se ressourcer.

Après un détour par Mahahual nous nous rendons chez sa soeur Sol à Merida 🙂 

Sol et son colocataire et ami Jared gagne leur croûte en faisant du hula aux feux rouge. Également Sol réalise des bijoux artisaneaux qu’elle vends dans la rue. Tout ça aussi je vois le réserve pour un article « rencontre » hihi

J’y reste deux jours avant de partir pour de nouvelles aventures dans la jungle Maya 🙂

q.jpg
©Aude-tte – Mahahual

Ici mon quotidien me rassasie, chaque jour est différents du précédent, j’ai le sentiment d’accomplissement d’un travail, que ce soit des peintures murales, de dessins ou l’écriture de ce blog. Les rencontres avec des personnes de différentes cultures, âges, visions satisfont ma curiosité. Mon ennui est endormi. Et surtout je ressens un fort sentiment de liberté, je peux aller ou je souhaite, quand je le souhaite et comment je le souhaite (sachant que mon unique leitmotiv est de dépenser le minimum possible). Finalement je me rends compte que ce mode de vie est celui qui me convient le mieux, pour le moment, car le voyage possède ce pouvoir magique de vous faire évoluer chaque jour au gré des découvertes qu’il vous offre.

A bientôt pour de nouvelles aventure ❤

MEXICO

Pour mon arrivée aux Amériques j’ai choisi le Mexique et la demeure de Tabo à Mexico.
Je suis restée 10 jours, le temps de visiter un peu Mexico et Téotihuacàn avant de partir pour mon premier volontariat plus au nord.

Ici le récit photo de ma visite + en bonus mon premier mur réalisé au Mexique 🙂

Merci encore tous ❤ 😀 !

traitBosque de Chapultepec

Processed with VSCO with m5 preset
Museo Nacional de Antropologia
Processed with VSCO with m5 preset
Museo Nacional de Antropologia
Processed with VSCO with m5 preset
Chapultepec

Cuauhtémoc

arena.jpg
Arena de Mexico – Lucha Libre

Centro Histórico

Processed with VSCO with m5 preset
Palacio de Bellas Artes
Processed with VSCO with m5 preset
Catedral Metropolitana de la ciudad de Mexico
Processed with VSCO with m5 preset
Plaza de la Constitution
Processed with VSCO with m5 preset
Museo Nacional de las Culturas

 

 

Tlatelolco

Processed with VSCO with m5 preset
Plaza de las Tres Culturas

 

Xochimilco

Processed with VSCO with m5 preset

Processed with VSCO with m5 preset

 

Del Carmen

Processed with VSCO with m5 preset
Museo Frida Kahlo
Processed with VSCO with m5 preset
Museo Nacional de Culturas Populares

 

 

traitFresque réalisée dans la demeure de Tabo’z

Processed with VSCO with m5 preset

Processed with VSCO with se1 preset

Processed with VSCO with m5 preset